Réhabilitation Halle Couzon

Réhabilitation de la "Halle Couzon"Rive de Gier (42)

LE GIS PILoT a été consulté par Saint ETienne métropole dans le cadre de la réflexion sur la réhabilitation de la Halle Couzon à Rive de Gier (42). La Halle Couzon est un ancien bâtiment industriel construit en 1917 et possédant une charpente en bois d'un grand intérêt architectural. A l'issue de ces échanges les équipes du GIS PILoT ont mis en place un Atelier "Transmission du Savoir et Mutation positives d’un site industriel" et ont rédigé une proposition pour la création d’une Plateforme d’innovation et de transferts pour la requalification des friches industrielles.

 

Atelier "Transmission du Savoir et Mutation positives d’un site industriel" (2014-2015)

Contact : Franck Lebail
(f.lebail @ novae.fr)

Le financement : ENSASE, ENSM-SE

Résumé : réalisation de modules en bois dans le cadre de l'atelier d'architecture de master 1 « pensée constructive» de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Saint-Etienne (ENSASE) en partenariat avec l'Ecole des Mines de Saint-Etienne (EMSE)

.             

Communication :

Les Halles Couzon. Transmission du savoir & mutations positives d’un site industriel.
Exposition présentée du 29 septembre au 13 octobre 2015. Bâtiment des H – Cité du design, 3 rue Javelin Pagnon, Saint Etienne

Pour en savoir plus...

 

Proposition de création d’une Plateforme d’innovation et de transferts pour la requalification des friches industrielles

Les partenaires : UJM, ENSM-SE, ENISE, ENSASE, INDURA

Résumé  : Notre région — et plus particulièrement les départements du Rhône, de la Loire, de l'Isère et de la Savoie — compte « au moins 5 000 hectares, soit 658 friches identifiées, de 5 à 30 hectares chacune » [Jean-Jack Queyranne[1]], qui font de Rhône-Alpes la première région Française en potentiel de reconquête territoriale (14% de l’inventaire national). En 2010, le montant lié à ce marché était évalué à 470 millions d’euros en France[2]. Les objectifs « Europe Horizon 2020 » mettent en avant la nécessité d'une croissance intelligente et durable, ainsi que l'utilisation rationnelle des ressources. Dans cette perspective, Rive de Gier, terre de friches industrielles nombreuses destinées à une requalification, constitue un laboratoire riche de potentialités. Sa situation, à l’articulation des territoires de Saint-Etienne Métropole et du Grand Lyon, lui confère un rôle dépassant les limites de la communauté d’agglomération dans la reconquête des friches, en tant que support d’innovation et de transferts technologiques et comme plateforme de diffusion sociétale de ces pratiques.

La complexité des enjeux, économiques, fonciers, juridiques, patrimoniaux, sociaux et sociétaux, incluant les aspects historiques, sanitaires et environnementaux, appelle en réponse une approche transversale. Le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) PILoT « Redéploiement Post-Industriel : Loire Territoires urbains », pluridisciplinaire par essence puisqu’il associe en consortium les quatre établissements de recherche et d’enseignement supérieur de Saint-Etienne[3], propose la création d’un site atelier - plateforme d’innovation et de transferts, pour la requalification des friches sur le site historique de la Halle Couzon, faisant ainsi de la ville de Rive de Gier, l'incubateur de la reconquête urbaine et territoriale.

Un tel processus s’inscrit dans la continuité des objectifs énumérés dans la convention constitutive du GIS PILoT : écouter les requêtes provenant de l’ensemble des acteurs du secteur de la réaffectation de sites ; recenser des territoires marqués par leur histoire industrielle, susceptibles de constituer les outils d’une approche méthodologique visant à leur réaffectation et proposer leur utilisation comme sites-ateliers ; accompagner des programmes pluri- et interdisciplinaires ouvrant sur des méthodologies innovantes ; organiser, valoriser et Intégrer la Recherche environnementale conduite par le GIS dans la politique du Développement Durable et de la Ville Durable, afin d’apporter une aide à la décision à des entreprises en butte à des problèmes de contaminations et aux collectivités locales placées face à la reconquête urbaine post-industrielle. C’est pourquoi le groupement scientifique est épaulé par ses invités permanents, industriels et acteurs territoriaux majeurs : Saint-Etienne Métropole  (SEM) ; le Conseil Général de la Loire ; le Conseil Régional Rhône Alpes ; l’Etablissement Public foncier de l’Ouest Rhône Alpes (EPORA) ; l’Etablissement Public d’Aménagement de Saint-Etienne (EPASE) et la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL)

L’un des éléments clés de la réussite de la structuration d’une filière de requalification des friches industrielles en Rhône-Alpes est la mise en place d’un site atelier ou éco-plateforme en vue de répondre aux différentes exigences technologique et économique. Cette conviction, qui s’inscrit dans la démarche proposée par le pôle de compétitivité AXELERA, est soutenue par le cluster INDURA, associé au consortium dans la présente déclaration d’intention. C’est pourquoi nous proposons de faire du site de la halle Couzon un espace de convergence des axes de recherche des équipes du GIS en vue d’une approche systémique de la réaffectation de ces territoires, dans le cadre d’un site atelier éco-plateforme de transferts technologiques innovants. Cela se justifie d’autant plus que le site de la Halle Couzon et le site industriel voisin de DURALEX s’inscrivent dans la continuité territoriale du site d’INDUSTEEL-France, qui accueille déjà plusieurs expérimentations et recherches en vue de la requalification du crassier de l’entreprise par phytostabilisation (projet ADEME PHYSAFIMM [4] ). 

Cette véritable zone atelier Sud-Loire a dès lors vocation à accueillir de nouveaux projets porteurs de solutions nouvelles en matière de modélisation, d’évaluation, de simulation et d’analyse des processus industriels et des systèmes territoriaux. Elle aura aussi vocation à se doter de démonstrateurs in situ et d’une plateforme expérimentale, dualité indispensable aux projets de requalification des friches et à la validation de filières opérationnelles de valorisation de Matières Premières Secondaires. Citons, à titre d’exemples, le projet PHYSAFIMM en voie de réalisation à l’échelle 1 ou encore le projet LIFERECRIMAT du programme Européen LIFE avec l’université de Rome Sapienza (Italie) et l’entreprise ISIRAT.

Au-delà des aspects recherche, innovation et transferts pour la requalification des friches, le développement d’un site atelier  englobant la halle Couzon constitue un lieu novateur de transmission et d’échange de savoirs et de bonnes pratiques : accueil de formations initiales (Licence Pro, DUT Génie Biologique, SHS, master aménagement, etc.) ou continues (Réseau CHEDD[5], ENVIRHOALP) en lien avec les activités et thématiques scientifiques développées sur le site ; accueil de séminaires avec possibilité de travail en groupes restreints et de restitution collective en session plénière ; accueil en ateliers de formation/réflexion par la pratique et la recherche-action sur le renouvellement des territoires industriels. A titre d’exemple citons l'atelier « rapport à la matérialité et la construction », ouvert aux étudiants de l’ENSASE et de l’EMSE, dès 2015 hors les murs de la halle Couzon pour cette première session. Ils dessineront le projet d'une Cité des chercheurs et des entreprises sur le site de la halle et réaliseront, lors d’un workshop commun, les éléments à l’échelle 1 des premiers modules préfigurant l’occupation de la halle.

[1]  Allocution du président du conseil régional Rhône-Alpes lors de la journée « Structurer une filière de Requalification des friches en Rhône-Alpes, Hôtel de Région, Mercredi 14 janvier 2015

[2] Jean-Philippe Deneuvy (directeur adjoint de la Dreal)

[3]  Université Jean Monnet (UJM), Ecole des Mines (EMSE), Ecole d’Ingénieurs (ENISE) et Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Saint-Etienne (ENSASE).